Démonstration de data bullshit à Pas sage en Seine 2015

événement databullshit à Pas sage en Seine 2015

À Pas sage en Seine (PSES), festival de hacking parisien, on célèbre, entre autres, la donnée libre et ouverte pendant quatre jours chaque mois de juin depuis 7 ans. Il était donc logique d’y proposer, dans le cadre de l’Ecole des Données, une petite présentation sur le data bullshit, ou l’art de raconter des âneries avec les données, un exercice fort courant malheureusement. Pour ne pas nous contenter d’une conférence théorique trop passive, nous avons alterné principes généraux et mise en pratique sur des exemples, dans une micro-chasse au data bullshit. Le public plutôt aguerri de PSES n’a pas mis trop de temps à trouver les biais dans les cas exposés.

Un des participants a demandé s’il était possible d’automatiser la détection des erreurs, dans un contexte de flux permanent d’information. S’il existe effectivement des outils pour faciliter le fact checking, ils ont leur limite et sont à compléter par un regard humain. Il suppose aussi de les avoir sous la main, ce qui n’est pas toujours le cas, par exemple dans une conversation. Par cette question, la personne témoignait de son inquiétude face à cette masse de données : comment faire le tri sans passer des nuits à chercher ? A défaut de pouvoir redresser toutes les données erronées, visons déjà un objectif plus raisonnable : avoir des réflexes, souvent de l’ordre du bon sens, pour détecter les erreurs et titiller celui qui les avance. Les analyses plus poussées peuvent relever davantage des personnes dont c’est la spécialité : journaliste, blogueur expert d’un sujet, chercheur.se…

Ce petit exposé a vocation à être adapté en fonction de la demande, par exemple en thématisant les cas d’’école soumis : éducation, immigration, santé… Si vous êtes intéressé, contactez-nous : ecoledesdonnees [at] okfn.fr

La vidéo de la présentation, captée par la merveilleuse organisation de l’événement, est disponible ici.

La présentation est là, n’hésitez pas à la reprendre et la mettre à votre sauce.

Et le Storify du talk, merci Sylvia !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *