[Communiqué] Open Data : les pays du G8 doivent accentuer leurs efforts pour ouvrir les données publiques d’importance

[Communiqué de presse] Open Data : les pays du G8 doivent accentuer leurs efforts pour ouvrir les données publiques d’importance

L’ouverture des données publiques et la transparence seront l’un des thèmes principaux du sommet du G8 qui aura lieu en Irlande du Nord la semaine prochaine. A cette occasion, des militants de la transparence publient les premiers résultats de l’Open Data Census, un effort global de recensement des principaux jeux de données publiques. Les pays du G8 ont encore une longue route devant eux.

L’Open Data Census est un projet coordonné par l’Open Knowledge Foundation avec l’aide d’un réseau d’experts locaux. L’objectif est de mesurer l’ouverture des données dans 10 domaines clés dont certains essentiels pour la transparence des États (dépenses publiques ou résultats des élections) et d’autres critiques pour fournir des services publiques indispensables aux citoyens (fons de cartes ou horaires des transports). Les résultats complets du recensement seront publiés plus tard dans l’année.

Les résultats provisoires montrent que même si le Royaume-Uni, les Etats-Unis et la France (les trois premiers du classement G8) ont réalisé d’important progrès vers l’ouverture des jeux de données clés, tous les trois ont encore du travail à accomplir. Les données sur les codes postaux, essentielles pour la majorité des applications de géolocalisation, restent toujours indisponibles ormis en Allemagne. Aucun des membres du G8 n’atteint le score maximal pour les donnée sur les entreprises. En France ces données sont toujours soumises à redevance. Enfin, la Russie est le seul pays du G8 à n’avoir publié aucun jeu de données inclus dans l’Open Data Census.

La première version du Census pour la France indique que des progrès restent à faire concernant les données sur les dépenses publiques ou les émissions de polluants tandis que des données essentielles comme celles de la loi ou les codes postaux restent encore hors du giron de l’open data. Un débat est actuellement en cours sur le maintien de redevances sur les données de l’IGN ou du prix des carburants ou encore sur les données de santé.

Nous restons confiants du fait des avancées en cours de l’open data en France avec notamment la feuille de route du gouvernement sur l’open data, les prochaines évolutions de data.gouv.fr avec la démarche de codesign et un passage probable à la plateforme libre de publication de données CKAN ou encore la constitution d’un comité d’experts comprenant certains fervents défenseurs de l’open data.

Les résultats complets pour les pays du G8 sont en ligne à l’adresse : http://census.okfn.org/g8/

CITATIONS

Rufus Pollock, fondateur de l’Open Knowledge Foundation : « Nous sommes ravis que de nombreux pays du G8 manifestent leur soutien à l’open data mais les résultats d’aujourd’hui montrent que nous sommes encore loin derrière les promesses. Nous demandons aux membres du G8 de tenir leurs engagements et d’assumer leur rôle de leader dans l’ouverture des données publiques afin de permettre une réelle transparence et de rendre les Etats plus responsables ».

Andrew Stott, ancien directeur du gouvernement britannique pour la transparence et l’engagement numérique, siège actuellement au Conseil de la Transparence pour le Secteur Public du Royaume-Uni : « La communauté Open Knowledge Foundation a réalisé un excellent travail pour mesurer la réalité de l’ouverture des principales données publiques. Cela montre que des progrès ont été réalisés ces dernières années. Mais cela montre aussi qu’il y a encore plus à faire de la part de tous les pays pour atteindre les objectifs de l’open data. Cela donne enfin un calendrier clair pour chacun afin de progresser » .

Chris Taggart, fondateur de OpenCorporates, la plus grande base de données ouvertes sur les entreprises : « Les registres des entreprises sont une information publique fondamentale pour la création et l’existence des sociétés Aujourd’hui, nous vivons dans un monde où les grandes sociétés peuvent se constituer en réseaux opaques de milliers d’entreprises interdépendantes, en évitant l’examen de la concurrence criminel, des blanchisseurs d’argent, les fonctionnaires corrompus. et les fraudeurs utilisent régulièrement les réseaux de sociétés comme façade pour masquer et déplacer l’argent. Dans ce contexte, il est essentiel que l’accès à l’information légale n’est pas librement disponible, mais disponible sous une licence ouverte et en forme de données bien lisibles par l’ordinateur. Les résultats actuels du recensement Open Data montre que ce message n’était pas encore pris dans le plupart des nations les plus grandes du monde ».

CONTACT

Pour plus d’information sur l’Open Data Census :

Open Knowledge Foundation : press@okfn.org / +44 7795 176976

The Open Knowledge Foundation, St John’s Innovation Centre, Cowley Road, Cambridge, CB4 0WS UK.

Pour plus d’information pour les résultats pour la France :

Open Knowledge Foundation France : contact@okfn.fr

One thought on “[Communiqué] Open Data : les pays du G8 doivent accentuer leurs efforts pour ouvrir les données publiques d’importance”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *