Open Data Index 2013 : Des données publiques fondamentales toujours indisponibles en France

Communiqué de presse

Open Data Index 2013 : Des données publiques fondamentales toujours indisponibles en France

L’Open Data Index nous offre la première analyse majeure de l’ouverture des données publiques dans le monde

A quelques jours d’un sommet international sur la transparence à Londres dans le cadre du Partenariat pour des Gouvernements Ouverts, l’Open Knowledge Foundation publie l’Open Data Index 2013. Les résultats de l’étude montrent que l’effort de nos gouvernements pour fournir des informations réutilisables aux citoyens et entreprises reste insuffisant.

Le Royaume-Uni et les États-Unis arrivent en tête d’une enquête collaborative qui englobe 70 pays. Ils sont suivis par le Danemark, la Norvège et les Pays-Bas. Sur l’ensemble des pays évalués, les Îles Vierges Britanniques, le Kenya et le Burkina Faso ont les scores plus faibles. Mais beaucoup d’autres pays n’ont pas été évalués par manque d’informations disponibles ou de contributeurs. Cela inclut 30 pays qui font partie du Partenariat des Gouvernements Ouverts.

L’Open Data Index évalue les pays selon la disponibilité et l’accessibilité des données dans dix domaines fondamentaux dont les dépenses publiques, les résultats des élections, les informations sur les entreprises ou encore les émissions de pollution. Si des progrès indéniables ont été réalisés ces dernières années, beaucoup reste à faire.

Pour Rufus Pollock, Fondateur et directeur exécutif de l’Open Knowledge Foundation :

L’ouverture des données publiques est un vecteur de démocratie et d’innovation. Cela permet aux États de rendre des comptes et aux citoyens de connnaître et d’exercer plus facilement leurs droits. L’ouverture des données publiques profite également à l’ensemble des secteurs de la société tels que les transports, l’éducation, la santé. Il y a eu un intérêt croissant de la part des gouvernements pour l’open data ces dernières années, mais cet Index révèle que trop peu de données à fort potentiel sont encore disponibles.

En France, bien que le pays ait signé la charte Open Data du G8 et soit engagé dans l’ouverture des données avec data.gouv.fr, des données publiques fondamentales restent encore indisponibles. La réutilisation et le partage des données sur les entreprises et sur les textes de lois restent soumis à redevance. Les cartes de faible résolution fournies par l’IGN en open data limitent les possibilités de réutilisations. Dans le secteur du transport, la SNCF ne publie toujours pas les horaires détaillés de ses trains à grande vitesse. Enfin, le détail des dépenses publiques reste hors de portée des citoyens.

Dans le monde, l’un des secteurs les plus décevants est celui des informations sur les entreprises : seulement 5 des 20 premiers pays mettent à disposition leur registre sous licence libre, et seulement 10 en autorisent le téléchargement.

Moins de la moitié des informations fondamentales des 20 premiers pays sont disponibles en données ouvertes. Cela montre que même les gouvernements pionniers n’ont pas encore compris l’importance d’offrir une ouverture à la fois légale et technique de leurs données. Cela pourra pourtant permettre aux citoyens comme aux entreprises d’utiliser, réutiliser et partager les données afin de pouvoir proposer des services commerciaux ou non-commerciaux à tous.

Rufus Pollock conclut :

Pour bénéficier pleinement de l’open data, les gouvernements doivent faire plus que de mettre des fichiers en ligne. Ces informations doivent être facilement identifiables et compréhensibles. Elles doivent être mises à la disposition de tous, sans restrictions, afin que chacun puisse les utiliser, les réutiliser, et les partager peu importe l’objectif.

/ Fin

Site de l’Open Data Index : https://index.okfn.org/

CONTACT Open Knowledge Foundation : tél. +44 (0)12 23 42 21 59 ou index@okfn.org

CONTACT FRANCE Open Knowledge Foundation France : contact@okfn.fr

 

Notes :

L’Open Data Index est un projet collaboratif initié et coordonné par l’Open Knowledge Foundation. Les résultats sont compilés en utilisant les contributions des experts Open Data et acteurs de la société civile du monde entier. Les évaluations ainsi soumises sont ensuite revues et vérifiées par les pairs. L’Open Data Index fournit une évaluation indépendant de l’ouverture des données publiques dans les secteurs suivants : horaires des transports, budget de l’état, dépenses publiques, résultats des élections, registre des entreprises, cartographie du pays, statistiques, lois, codes postaux, émissions de pollution.

Pays évalués (dans l’ordre d’évaluation) : Grande Bretagne, États-Unis, Danemark, Norvège, Pays-Bas, Australie, Finlande, Suède, Nouvelle-Zélande, Canada, Islande, Moldavie, Bulgarie, Malta, Italie, France, Autriche, Portugal, Slovénie, Suisse, Israël, République Tchèque, Espagne, Irlande, Grèce, Croatie, Île de Man, Japon, Serbie, Fédération de Russie, Équateur, Corée du Sud, Pologne, Taïwan, Chine, Indonésie, Hongrie, Brésil, Allemagne, Mexique, Jersey, Guernesey, Slovaquie, Bermudes, Roumanie, Costa Rica, Bangladesh, Tunisie, Singapour, Lituanie, Afrique du Sud, Îles Caïman, Égypte, Népal, Sénégal, Arabie Saoudite, Nigeria, Gibraltar, Belgique, Hong Kong, Barbade, Bahamas, Inde, Bahreïn, Yémen, Burkina Faso, Kenya, Îles Vierges Britanniques, Saint-Christophe-et-Niévès, Chypre. NB : beaucoup de pays n’ont pas été évalués, souvent par faute de contributeurs dans le pays ou parce que trop peu d’information était disponible.

Une donnée ouverte (Open Data) est une information qui peut être librement utilisée, réutilisée et partagée par quiconque, n’importe où et sans restriction d’usage. La donnée réellement ouverte est déterminée par un nombre certain de caractéristiques techniques et légales permettant à chacun de profiter pleinement de son potentiel. L’Open Data Index évalue précisément ces caractéristiques. L’Open Definition est l’ensemble des principes définissant « l’ouverture » de données et contenus.

L’Open Knowledge Foundation est une organisation internationale qui agit pour l’ouverture des données dans le monde afin de permettre aux citoyens et organisations de développer une société juste et durable. L’Open Knowledge Foundation France est son chapitre français officiel.

Le sommet annuel de l’Open Government Partnership (Partenariat pour des Gouvernements Ouverts) aura lieu du 31 octobre au 1er novembre à Londres. Pour plus d’informations : http://www.opengovpartnership.org/